Présentation

La Chambre des Bois de l'Ouest vaudois, association sans but lucratif, a été créée le 14 juillet 1999 en l'absence d'une structure représentant les propriétaires forestiers de la région. Depuis ses origines, elle vise:

- à animer et à renforcer les liens fonctionnels qu'elle entretient d'une part avec le service forestier cantonal (DGE Forêt), d'autre part avec La Forestière, société coopérative de propriétaires et exploitants forestiers d'échelle cantonale;

- à animer, défendre et représenter les enjeux forestiers régionaux partout où nécessaire. A ce titre, elle tend à

 

-         promouvoir une gestion durable des forêts et une valorisation des produits forestiers indigènes;

-         organiser et gérer des projets en faveur de groupements ou de l'ensemble des propriétaires forestiers;

-         diffuser des informations concernant la forêt et le bois;

-         animer un forum de discussions et d'échanges sur les questions forestières.

 

Au fil du temps et de l'évolution du contexte de l'organisation forestière, elle a consolidé sa représentativité en évoluant vers une fédération regroupant les triages et groupements forestiers de l'Ouest vaudois; en tant que structures du service forestier cantonal organisées par le regroupement des principaux propriétaires forestiers publics, les triages et groupements forestiers sont en effet le lien fonctionnel entre tous les propriétaires forestiers du territoire concerné.

 

 

Les forêts de l'Ouest vaudois, telles qu'elles sont défendues par la CBOVd, sont celles situées entre les frontières genevoise et française, le Léman, La Venoge et la Dent de Vaulion. Elles occupent trois régions biogéographiques:

 

  • Les forêts de basse altitude (< 600 m) entourant les zones urbanisées de l'arc lémanique, les vignes, vergers et grandes cultures; il s'agit souvent de bribes de forêts pentues, très variées et offrant une grande biodiversité à défaut d'avoir une fonction de production de bois très affirmée. Elles ont également un rôle très important pour structurer le paysage et offrir des lieux de délassement pour les habitants. Les rares grandes forêts planes constituent souvent l'écrin de grandes propriétés ancestrales.

 

  • Les forêts du plateau agricole, séparant les villages, héritières de l'économie largement autarcique jusqu'au 19ème siècle: elles fournissaient l'énergie et les matériaux de construction utiles à ces populations largement paysannes. Les fonctions d'accueil du public, de protection de la biodiversité et du paysage sont aujourd'hui pleinement assumées dans le sillage d'une production de bois de qualité.

 

  • Les forêts du Jura (> 800 m), vaste massif troué de pâturages et pâturages boisés entourant La Vallée de Joux, haut lieu horloger. Cette immense surface, largement prolongée au-delà de la frontière, est le lieu d'estivage pour le bétail des villages de plaine et de la Vallée de Joux, et une forêt à forte valeur de production, fournissant un bois de montagne de grande qualité. Sa dimension comme son accessibilité limitée lui confèrent une remarquable valeur de refuge pour les espèces sensibles, et en même temps un lieu de ressourcement pour les populations de la Vallée de Joux et de l'arc lémanique.